09-28-2015 01:45 AM


. . .,, ,, . ... .
. . . . ,, . . ,,. .
.... . ,, . ,, . .
. . . . 1959 . ϡ . .. .. . . .
,, ,, . . . .
. . . 1975 . . ,, ,, ,, ,, . .
,, ,, . . ,, ,, . . . .
. . . . . .
1959 ,, ,, ,, ,, . . . 1957.
. . . . .
. . . . . . . . . . ,, ,,. .
. . . . . . . ,, ,, . .
. . 1952 . 10 ,, ,,
.
,, ... ... ... .. ... .
. . . . .
. . . . . . ,, ,, . . .
. .


[email protected]




24 | 0 | 4933

  • :
  •    Digg
  •    del.icio.us
  •    StumbleUpon
  •    Google
  •    Facebook




#1346767 []
0.00/5 (0 )

09-29-2015 06:52 PM

. . !!!!!!

[]

#1346740 [ ]
0.00/5 (0 )

09-29-2015 05:47 PM
. ! { } ...

[ ]

#1346585 []
5.00/5 (1 )

09-29-2015 12:16 PM

[]

#1346578 [ ]
5.00/5 (1 )

09-29-2015 11:57 AM

. ɡ ɡ ɡ .

.

[ ]

#1346510 [ ]
5.00/5 (2 )

09-29-2015 10:06 AM

[ ]

#1346508 [ ]
1.00/5 (1 )

09-29-2015 10:03 AM
.
.

[ ]

[] 09-29-2015 10:47 PM
ǿ ߿


#1346333 []
3.00/5 (3 )

09-29-2015 01:30 AM
100% ڿ

[]

#1346328 []
5.00/5 (2 )

09-29-2015 01:27 AM
ɡ ǡ : ( ). .
!!!




[]

[] 09-29-2015 10:29 PM

United States [ ] 09-29-2015 05:50 PM
,,


#1346310 [ ]
5.00/5 (1 )

09-29-2015 12:37 AM

[ ]

#1346276 [. ]
5.00/5 (1 )

09-28-2015 10:52 PM
..

[. ]

.
[ ] 09-29-2015 01:39 PM
. . . .
.

[ ] 09-29-2015 01:28 AM


#1346256 [ ]
0.00/5 (0 )

09-28-2015 09:55 PM
ߡ .

[ ]

#1346200 []
0.00/5 (0 )

09-28-2015 07:56 PM
( )





[]

#1346127 [ ]
5.00/5 (1 )

09-28-2015 05:00 PM
!!!!!!!
,,, !!!!!!!

[ ]

[] 09-29-2015 06:55 PM

European Union [kaka] 09-29-2015 12:00 PM
... " " !

European Union [Man] 09-28-2015 11:58 PM


#1346083 []
5.00/5 (1 )

09-28-2015 03:39 PM
( ) .

[]

#1345998 [ ]
0.00/5 (0 )

09-28-2015 12:46 PM
. . .

[ ]

#1345960 [ ]
0.00/5 (0 )

09-28-2015 11:42 AM
:

. . ...
*******************************************************************
. . . ,, ,,. .
*******************************************************************
. . . . .

;
:
...

[ ]

#1345945 []
0.00/5 (0 )

09-28-2015 11:20 AM
.

[]

#1345940 [alhadi]
5.00/5 (1 )

09-28-2015 11:12 AM



[alhadi]

alhadi
[ ] 09-29-2015 10:50 PM
,,,

European Union [kaka] 09-29-2015 11:59 AM
... " " !

[shawgi badri] 09-28-2015 02:54 PM
. . . . . . . .
. 20 . ,, . .
. . . .
. . . .
,, .
The Peg
by Shawgi Badri
Translated from Arabic by
Mustafa Mudathir


Close to Midan Elrabie square in Omdurman, there existed in an area confined between the square and
.Elarbaeen Street, a small quarter consisting of two streets and a few lanes
.So many blind people lived in this quarter that it was known as Fareeg Amaiyah or the blinds quarter
.The houses in this quarter were simple, built with mud and some of them had Lalobe trees in their middle yards
These blind people lived on beggary. Some kids would lead them in the early mornings to the city centre
where they occupied strategic spots to practise their job. One kid might lead ten blind people with each of them
.clinging to the walking stick carried by the person ahead of him
On the south western corner of the square there lay the small building of the Rabie Sports Club which lent its
name to the square. It was built with mud, had a low fence and a wooden gate with a faded sign over it on which was written the clubs
.name and 1927 as its founding year
The club had always remained in the second class rating of sports clubs, and yet its members seemed comfortable with this rating as
.if they never found a convincing reason to ascend to the first class
That day, despite it being a Friday, the quarter appeared quite busy even in the intense heat of midday and the stillness in the air
.which made the trees look as though they were part of a badly painted picture
Under one of the small Neem trees planted in the square and enclosed by bamboo canes to ward off the goats
that wandered around in search of anything green but often ended up eating paper or rags, under that small tree stood
.this adolescent boy whose age it was hard to guess
He wore a not- so-clean Jalabiya and put his feet in some sponge sandals which became complimentary to the
.current attire of people in this part of the world
.This lean boy had a big head and intelligent unsettling eyes
*Because of his black skin and huge head, compared to his body, he was nicknamed Dhakar Namil


Dhakar Namil liked to break fights regardless of the outcome. He counted very much on this bad reputation
for initiating fights to force
.his opinions and demands on those he felt himself stronger than them
.People either wanted to stay away from trouble or they knew he had never settled for just one single fight
.Besides, they thought he might be as lucky as to hit them with his deadly big head
Suddenly Dhakar Namil spotted Mamoun, the boy from that quarter which lay beyond the asphalt road of
.Elarbaeen Street. Mamoun, then, was out of his territory
.And his looks recalled the good food that he must have been fed. His clothes were clean and his complexion light as wheat
.Mamoun was a quite boy but not a coward. He could easily fling Dhakar Namil to the ground
But Dhakar Namil was bent on proving his existence and defending his reputation especially that he was
.acting on his own ground, his own territory
So he began provoking the intruder by demanding an explanation from him as to how he dared to tread on
.Dhakar Namils grounds
.He also called him a coward
.Mamoun ignored him and turned his back on him
. As he did so, Dhakar Namil filled his fist with dust and threw it to land on Mamouns hair and back
.Mamoun swiftly turned in readiness for action and Dhakar Namil took a stance for fighting
:Mamoun shouted his question upon deciding to reach out
? Are you crazy? Whats the problem? What do you want -
And before his hand could grab his adversary by his jalabiya which had been washed that morning, Mamoun
. froze and a great surprise showed on his face
.Dhakar Namil had to quickly repeat what he had just uttered as Mamoun did not seem to have grasped his words
!I need a peg. A laundry peg. A strong one -
Relief and disbelief took turns on Mamouns face. He knew Dhakar Namil would not find a peg in his house
.because people of his quarter did not have much clothes to wash and most of the time did not wait for clothes to dry
!If they washed them, at all
Mamoun told Dhakar Namil that he was sent in a mission by his mother who was receiving some ,
guests, to buy two pairs of pigeons from Dhakar Namils relatives who sold pigeons not because they didnt like to eat them, but because they needed the money to buy ochre to make their favourite weka! Dhakar Namil appeared to have found a solution to many of his problems.
He offered to help buy the pigeons at a price that would allow the two of them to spare and split some of the money. He explained to Mamoun that to avoid paying fifteen piastres for a pair of the bird, they could buy single pigeons. He knew that, often times, when one of the pair died the remaining single pigeon would sell for less than seven piastres and yet was usually fatter and fleshier. He knew all the people in his quarter to deal with in this matter.
It took them half an hour to buy two good pairs for Mamouns mother and save three piastres
Dhakar Namil accepted to take only one piastre although Mamoun was ready to give him all the three piastres saved.
Dhakar namil walked besides Mamoun in a friendly manner holding the pigeons in both hands.
.He talked meekly to Mamoun who appeared happy with this new friendship
Dhakar Namil didnt mind being seen by people
of his quarter walking side by side with someone from that other quarter behind the asphalt street whom he always called for
.boycotting and ridiculing them and always described them as lacking in manliness
At Mamouns house, he drank a glass of ice-cold water, pocketed a clothes peg of the strong type and
.went back to his quarter with a bright lustre shining from his eyes
.The door to Kaltoums house was open
This beautiful lady who had moved here recently, sold her customers asaliya and provided them
.with lighted cooking stoves to barbecue the meat they brought with them
.She sometimes sat to some selected customers
Her laughter rang like a bell and she wrapped her tobe tightly around her body but left her
.head uncovered to show tens of tiny braids of hair
.She had a tattoo on her cheek that resembled a letter of the English language
Her lower lip was full of life and also had this mysterious green-colored tattoo on it that appeared to
.have been there since childhood
.The cart was standing in front of the house while the horse that pulled it was lazily nibbling on the fodder under the lalob tree
.Elkhair, the cart owner, sat inside the house, sipping his asaliyah from a beautifully engraved pumpkin bowl
.His huge moustache plunged into the drink. The other customers drank from plain non-ornamented bowls
.The lady of the house favoured Elkhair by her laughter and by sitting beside him
.When laughing, Elkhair flexed his strong muscles and shrugged his broad shoulders
.He looked as if all the luck in the world had smiled at him
.But suddenly, he dropped his drinking bowl to smash on the ground and ran outside of the house
His horse seemed to have suddenly lost his mind. Apart from giving out those sharp neighs, the horse
in his frenzy, pulled the cart, then paused to kick it with his hind legs then went off again storming
.through the open square and destroying two Neem trees and their bamboo fences
At the iron bridge overriding the broad bed of the creek.that lay flooded by the rains
.behind ElAarda cinema house, humbly stood the horse
.One of the wheels of the cart had come off and the dashboard where Elkhair rested his feet was broken
.The leather collar that wrapped around the horses neck was torn
.The iron hook that kept one of the wooden cranks in place was pulled away
.The straw that stuffed the collar dangled out of the torn leather in long threads
.Some people started to advance their theories about why the horse went crazy
.Their most reasonable theory was that he was stung by a fly or a wasp
!No one thought that the horse only stopped because the laundry peg had fallen off his testicles
.Standing at one corner, Dhakar Namil proudly stuck up his body with a victorious smile on his face
A long cigarette, for which he had paid one piastre, was burning between his fingers and his eyes were
.sending amorous glances to Kaltoum
T | 2011 : Les Slaves, l | 2011 : Les Slaves, le Midi et l'Orient
Articles
Le Politicien de Shawgi Badri : espoirs et dsillusions dun communiste soudanais Prague
Xavier Luffin
e Midi et l'Orient
Rsum | Index | Plan | Texte | Notes | Citation | Auteur
Rsums
FranaisEnglish
Shawgi Badri est un crivain soudanais install depuis plusieurs dcennies en Sude. Il est lauteur de deux recueils de nouvelles, Al-mushbak (La Pince linge) et Hakw Umdurmn (Le Conteur dOmdourman), dans lesquels il sinspire de ses souvenirs de jeunesse dans sa ville dorigine, Omdourman, mais aussi de son pass dtudiant politis et engag. Lune de ces nouvelles, Le Politicien , retrace les illusions et les dsillusions dun jeune tudiant soudanais, attir par le communisme, qui part tudier en Tchcoslovaquie dans les annes 1960.
Shawgi Badri is a Sudanese author who has been living in Sweden for several decades. He wrote two collections of short stories, Al-mushbak (The Clothes Peg) and Hakw Umdurmn (The Storyteller of Omdurman). He draws inspiration from his youth, during which he still used to live in Omdurman, as well as from his experience as a student involved in politics. One of his short stories, The Politician, depicts the dreams and disappointments of a young Sudanese student, attracted by communism, who gets a scholarship to study in Czechoslovakia during the sixties.
Haut de page
Entres d'index
Mots-cls :
exil, racisme
Lieux :
Tchcoslovaquie, Soudan
Temps :
XXe sicle, communisme
Haut de page
Plan
Lauteur et son uvre
Lmigration dans la littrature soudanaise
Une terre dexil moins connue : les pays communistes
Le racisme
Les rpubliques socialistes, un monde parfait
LEurope centrale dans les autres nouvelles de Badri
Le voyage dAli en Tchcoslovaquie : fiction ou ralit ?
Conclusion
Haut de page
Texte intgral
PDFSignaler ce document
Lauteur et son uvre
1 Badri Sh., Al-mushbak[La Pince linge], Dr Al-Âlamiyya, Le Caire, 2003, 156 p.
2 Badri Sh., Hakw Umdurmn [Le Conteur dOmdourman], Dr Al-Âlamiyya, Le Caire, 2008, 269 p.
1Shawgi Badri est un crivain soudanais qui a publi deux recueils de nouvelles, Al-mushbak (La Pince linge)1 et Hakw Umdurmn (Le Conteur dOmdourman)2, et qui intervient rgulirement dans la presse soudanaise, quil sagisse de quotidiens imprims ou de sites littraires et journalistiques sur la Toile.
2Lauteur est n en 1945 et a grandi dans la ville dOmdourman, ct de Khartoum, mais il rside depuis quelques annes en Sude. Ces deux lments de sa biographie sont fondamentaux pour bien comprendre son uvre car les personnages de ses nouvelles voluent gnralement dans lun de ces deux univers Omdourman et, secondairement, la Sude.
systme politique.
13 Badri Sh., Al-siys , Op. cit., p. 112.
15Pour en revenir au voyage dAli en Tchcoslovaquie, il sagit en ralit dun choix du Parti (il faut comprendre le Parti communiste soudanais) car Ali aurait prfr se rendre Moscou, capitale de la vraie patrie du communisme, et non Prague ou dans une autre ville juge secondaire 13.
Le racisme
16Mais Ali est vite du par la ralit quil dcouvre : tout dabord, il est rapidement confront tantt lindiffrence, tantt au racisme, loin des rapports humanistes et fraternels dcrits dans la littrature officielle : ds laroport, les gens semblent se moquer de lui et des autres tudiants africains. Quelques jours plus tard, il se fait tabasser par un groupe de jeunes Tchques avec qui il veut discuter de politique. Mais lvnement dcisif sera le refus de le laisser entrer, lui et dautres collgues africains, dans une discothque praguoise :
14 Ibid., p. 115.
Lors dune runion avec le prsident de lorganisation culturelle Prague, dans son imposant bureau des studios Brandov, les Africains demandrent pourquoi ils navaient pas le droit daller au dancing La lanterne ou mme dans les autres dancings. Le responsable et membre du Parti rpondit que ctait parce que quelques tudiants congolais y avaient caus des problmes. Alors Ali lui demanda pourquoi ils navaient pas interdit lentre aux tudiants congolais uniquement. Le responsable culturel rpondit que le Congo tait grand, il y avait l-bas le Nigeria, le Ghana, lAfrique et bien dautres tats encore, ils ne pouvaient donc pas faire le tri entre tous ces Congolais 14.
17La dnonciation du racisme dans cette nouvelle de Badri est intressante plusieurs gards. Dune part, le racisme est souvent associ dans la littrature arabe lexprience quen ont des immigrs arabes en Europe occidentale ou aux États-Unis. Ici, le hros est confront au racisme dans un monde o, prcisment, il ne devrait pas en avoir, tant donn le systme politique galitaire cens y tre en vigueur. Nous verrons dailleurs plus loin que dans un premier temps, le hros niera ou minimisera le phnomne.
15 Ibid.. p. 113.
16 Ibid., p. 116.
17
e rejets par leurs compagnons leur retour en France
LEurope centrale dans les autres nouvelles de Badri
25 Badri Sh., Al-siys , Op. cit., pp. 16-21.
26 Ibid., p. 19.
24Comme nous lavons prcis au dbut de cet article, luvre de Badri est profondment ancre dans le paysage dOmdourman la toute premire phrase du Politicien prcise dailleurs que Ali le politicien est n et a grandi Omdourman . Nanmoins, quelques-unes des nouvelles du recueil prcit se droulent en Sude, lieu de rsidence de lauteur. Lune dentre elles, Al-shart (La Bande)25, met en scne deux anciens collgues de travail qui se revoient dans un bar aprs stre perdus de vue. Lun dentre eux est simplement nomm lAfricain (sans que lon sache ni son nom, ni son pays dorigine), tandis que lautre sappelle Zadravko, dont on apprend rapidement quil est Yougoslave, plus prcisment Serbe, mari une Montngrine. Bien que la nouvelle se termine par une dispute entre les deux hommes, en prsence de leurs compagnes respectives, leur amiti fut manifestement solide dans le pass : ils se sont connus vingt ans plus tt, mais en plus lAfricain parle le serbo-croate26, dtail peu anodin !
25Badri insiste sur la forte prsence des immigrs originaires des Balkans, prcisant ceci :
27 Idem.
Les Yougoslaves ont toujours constitu la plus grande [communaut immigre en Sude]. Ils ont tellement influenc la vie quotidienne Malmö que certains chauffeurs de taxi profrent leurs insultes en serbo-croate, parce que le sudois ne fait pas vraiment laffaire lorsquil sagit de profrer des injures.27
28 Ibid., p. 17.
29 Idem.
30 Al-Malik A., al-hubb wa-l-vdk [LAmour et la Vodka], in : Nra dht al-dafir [Nora aux che (...)
26Plus loin, il sattarde galement sur la communaut tzigane originaire dEurope orientale et sur ses difficults dintgration28. Mais, dans cette nouvelle, lauteur passe aussi en revue les autres communauts trangres que la Sude a accueillies travers son Histoire, y compris les Finlandais, les Grecs, les Italiens ou mme les Amricains opposs la guerre du Vietnam ds les annes 196029. Ainsi, lidentit slave de Zadravko na pas dimportance en soi, le personnage nest en ralit quun reprsentant parmi dautres de la multiculturalit des villes europennes daujourdhui, qui peut tre slave, mais aussi africaine comme le second protagoniste de la nouvelle. On retrouve cette faon de souligner ce brassage culturel chez dautres auteurs soudanais installs en Europe, comme Ahmad Al-Malik dans sa nouvelle Al-hubb wa-l-vudk (LAmour et la Vodka), mais aussi, plus largement, chez dautres auteurs arabophones comme lIrakien Samul Shimn dans son roman Irq f Brs (Un Irakien Paris) ou le Marocain Abdelmounem Chentouf dans sa nouvelle Taraf al-yawm al-akhr (LExtrmit du dernier jour)30, lorsquils crivent propos de villes comme Amsterdam, Paris ou Bruxelles. Tous mettent en scne, dessein, des personnages venus des quatre coins du monde, quils soient Arabes, Africains, Asiatiques ou originaires dEurope orientale.
Le voyage dAli en Tchcoslovaquie : fiction ou ralit ?
31 URL : http ://sbadri.maktooblog.com/page/2/ (consult le 15/09/2010).
27Vraisemblablement, de nombreux lecteurs ont considr que cette nouvelle constituait un rcit largement autobiographique. Du coup, lauteur sen est dfendu en 2007 dans un article intitul Les communistes qui mont arrt et chass de Tchcoslovaquie 31. On y dcouvre une srie de dtails de la vie de lauteur que lon peut mettre aisment en relation avec la nouvelle Le Politicien . Badri a effectivement tudi Prague, en compagnie dautres tudiants arabes et africains, entour de nombreux communistes soudanais. Il a rencontr des problmes avec ses professeurs, au point dtre finalement chass du pays. Il parle aussi dans cet article du matrialisme du citoyen tchque ordinaire de lpoque, de la discrimination envers les tudiants africains, et mme dune bagarre entre tudiants soudanais dans la discothque La lanterne de Prague, un vnement similaire celui mentionn dans Le Politicien . Par contre, lauteur insiste aussi sur le fait quil na jamais t membre du Parti communiste soudanais (mais il se positionne clairement en tant que socialiste), quil critique dailleurs trs svrement le Parti communiste soudanais, prcisant que les communistes soudanais refusaient toute critique du systme ou de la socit tchque (on pense bien sr aux ractions dAli dans les premiers temps de son sjour Prague) ou encore que de nombreux diplms [soudanais] de Tchcoslovaquie nauraient jamais russi leurs tudes en raison de leur faiblesse acadmique, sils navaient pas t membres du Parti communiste soudanais . Badri semble donc avoir ml dans cette nouvelle son propre vcu et celui de ses compatriotes parmi les tudiants de lpoque, quils soient ou non communistes.
Conclusion
32 Badri Sh., Al-siys , Op. cit., p. 116.
28À travers la lecture du Politicien , on en apprend finalement peu de choses sur la perception qua lauteur de la Tchcoslovaquie, o il a pourtant vcu plusieurs annes. En ralit, la dimension politique de la nouvelle occulte largement la dimension culturelle, Prague nest en dfinitive que le dcor ncessaire pour aborder le travail de remise en question dun militant communiste qui, aveugl par son enthousiasme, aura besoin dun peu de temps pour accepter la ralit. Ali se rend dans un pays communiste avant de se rendre dans un pays slave sil avait pu obtenir une bourse pour la Roumanie ou pour Cuba, il laurait sans doute accepte, et il aurait subi les mmes dconvenues. À cet gard, la joie dmesure que ressent Ali lorsquil rencontre pour la premire fois de sa vie un couple de Russes32 est particulirement significative : encore une fois, ce nest pas la culture russe qui lattire, il est tout simplement heureux denfin se retrouver face des reprsentants de la nation communiste par excellence, plutt que de simples camarades de pays satellites.
29Il nempche quen quelques pages, lauteur est parvenu aborder deux questions essentielles de manire originale : la question de lidalisme politique et de ses invitables dsillusions, et celle de lidentit rcurrente dans la littrature soudanaise.
Haut de page
Notes
1 Badri Sh., Al-mushbak[La Pince linge], Dr Al-Âlamiyya, Le Caire, 2003, 156 p.
2 Badri Sh., Hakw Umdurmn [Le Conteur dOmdourman], Dr Al-Âlamiyya, Le Caire, 2008, 269 p.

Articles
Le Politicien de Shawgi Badri : espoirs et dsillusions dun communiste soudanais Prague
Xavier Luffin
Rsum | Index | Plan | Texte | Notes | Citation | Auteur
Rsums
FranaisEnglish
Shawgi Badri est un crivain soudanais install depuis plusieurs dcennies en Sude. Il est lauteur de deux recueils de nouvelles, Al-mushbak (La Pince linge) et Hakw Umdurmn (Le Conteur dOmdourman), dans lesquels il sinspire de ses souvenirs de jeunesse dans sa ville dorigine, Omdourman, mais aussi de son pass dtudiant politis et engag. Lune de ces nouvelles, Le Politicien , retrace les illusions et les dsillusions dun jeune tudiant soudanais, attir par le communisme, qui part tudier en Tchcoslovaquie dans les annes 1960.
Shawgi Badri is a Sudanese author who has been living in Sweden for several decades. He wrote two collections of short stories, Al-mushbak (The Clothes Peg) and Hakw Umdurmn (The Storyteller of Omdurman). He draws inspiration from his youth, during which he still used to live in Omdurman, as well as from his experience as a student involved in politics. One of his short stories, The Politician, depicts the dreams and disappointments of a young Sudanese student, attracted by communism, who gets a scholarship to study in Czechoslovakia during the sixties.
Haut de page
Entres d'index
Mots-cls :
exil, racisme
Lieux :
Tchcoslovaquie, Soudan
Temps :
XXe sicle, communisme
Haut de page
Plan
Lauteur et son uvre
Lmigration dans la littrature soudanaise
Une terre dexil moins connue : les pays communistes
Le racisme
Les rpubliques socialistes, un monde parfait
LEurope centrale dans les autres nouvelles de Badri
Le voyage dAli en Tchcoslovaquie : fiction ou ralit ?
Conclusion
Haut de page
Texte intgral
PDFSignaler ce document
Lauteur et son uvre
1 Badri Sh., Al-mushbak[La Pince linge], Dr Al-Âlamiyya, Le Caire, 2003, 156 p.
2 Badri Sh., Hakw Umdurmn [Le Conteur dOmdourman], Dr Al-Âlamiyya, Le Caire, 2008, 269 p.
1Shawgi Badri est un crivain soudanais qui a publi deux recueils de nouvelles, Al-mushbak (La Pince linge)1 et Hakw Umdurmn (Le Conteur dOmdourman)2, et qui intervient rgulirement dans la presse soudanaise, quil sagisse de quotidiens imprims ou de sites littraires et journalistiques sur la Toile.
2Lauteur est n en 1945 et a grandi dans la ville dOmdourman, ct de Khartoum, mais il rside depuis quelques annes en Sude. Ces deux lments de sa biographie sont fondamentaux pour bien comprendre son uvre car les personnages de ses nouvelles voluent gnralement dans lun de ces deux univers Omdourman et, secondairement, la Sude.
3 Muhammad Ahmad Al-Mahdi (1844-1885) tait une personnalit la fois religieuse et politique, prt (...)
3Lattachement de lcrivain la ville dOmdourman va au-del de lamour dun homme pour sa ville dorigine. En effet, pour les Soudanais, en particulier pour les musulmans du nord du pays, cette ville revt une importance historique de premier plan, notamment parce que le Mahdi sy tait install aprs avoir dfait les troupes britanniques Khartoum en 18853. Cest dans cette ville aussi que se trouvent encore quelques difices qui tmoignent de cette priode historique, comme par exemple le mausole dAl-Mahd et la maison de son successeur, le calife Abdallah.
Lmigration dans la littrature soudanaise
4 Al-Tayyib S., Mawsim al-hijra il al-shaml (Saison dune migration vers le nord), Le Caire, 1968, (...)
4Le thme de lmigration tient une place importante dans la littrature soudanaise, et ce pour au moins trois raisons. La premire, parfois inconsciente, est linfluence fondamentale du roman Mawsim al-hijra il al-shaml (Saison dune migration vers le nord)4, de lcrivain Al-Tayyib Slih, sur ses compatriotes.
5 Voir notamment Takieddine Amyuni M., Tayeb Salihs Season of a Migration to the North : a Casebook(...)
5Ce roman, qui relate notamment la vie tumultueuse de Mustafa Sad, un tudiant soudanais qui multiplie les aventures avec des femmes britanniques lors de son sjour Londres, une sorte de revanche du colonis sur le colonisateur, a profondment et durablement marqu les critiques et les chercheurs, tant dans le monde arabe que dans le monde occidental, en particulier dans les pays anglo-saxons, o il est souvent considr comme lun des romans-phares de la littrature postcoloniale5.
6 Pour un aperu de la littrature soudanaise, voir Luffin X., La littrature soudanaise aujourdh (...)
6Hlas, le succs de ce roman a en quelque sorte clips le restant de luvre de Slih, auteur de plusieurs romans et de quelques recueils de nouvelles, mais aussi celle des autres crivains soudanais, pourtant nombreux et souvent talentueux6.
7 Al-Hakm T., Usfr min al-sharq [Un oiseau dOrient], Dr al-kitb al-lubnn, Beyrouth, 1980, 19 (...)
7La seconde raison est que le thme de lmigration est devenu un lieu commun dans la littrature arabe contemporaine, quelle soit soudanaise, gyptienne, libanaise ou marocaine. Ceci est somme toute assez logique, puisque depuis la priode des indpendances et mme avant en ralit, mais dans une moindre mesure la plupart des pays arabes ont vu une partie importante de leur population migrer en Europe ou ailleurs, tantt pour des raisons conomiques, tantt pour des raisons politiques ou autres. Parmi les romans arabes abordant le thme de lmigration, certains sont devenus des classiques, notamment Usfr min al-sharq (LOiseau dOrient)7 de Tawfq Al-Hakm, dont le hros est un jeune Égyptien qui se retrouve Paris mais chaque anne sortent de nouveaux romans qui parlent de cette thmatique.
8La troisime raison est quune partie importante des crivains soudanais vivent ltranger (dans les pays du Golfe, en Égypte, en Europe ou en Amrique du Nord) et que, par consquent, lorsquils abordent dans leurs livres la problmatique de lexil, ils dcrivent des situations quils ont vcues directement ou bien dont ils ont t les tmoins.
Une terre dexil moins connue : les pays communistes
8 Al-Malik A., Sab min aqs al-janb [Un jeune homme de lextrme sud], in : Nra dht al-daf (...)
9Si linfluence de Saison dune migration vers le nord a t, on la dit, considrable sur la littrature soudanaise, la manire daborder lmigration a bien sr fortement volu en quarante ans. Tout dabord, les causes de lmigration se sont diversifies alors que le hros du roman dAl-Tayyib Salh se rend en Europe pour tudier, les personnages dAhmad Al-Malik ou dAmir Tagelsir8, par exemple, tentent de quitter le Soudan pour des motifs politiques ou conomiques. Les destinations ont chang elles aussi : Mustafa Sad se rendait tout naturellement Londres, capitale de lancienne puissance colonisatrice, alors que les personnages des nouvelles et des romans plus rcents sinstallent ailleurs en Europe (aux Pays-Bas, en Suisse, en Autriche), voire mme aux États-Unis.
9 Badri Sh., Al-siys [Le Politicien], in : Al-mushbak, Op. cit., pp. 110-120.
10Ali, le personnage de la nouvelle de Badri intitule Le Politicien 9, choisit une destination a priori bien plus exotique : la Tchcoslovaquie. En effet, Ali est un jeune communiste soudanais exalt qui obtient une bourse pour aller tudier lUniversit de Prague, puis celle de Bratislava. Aucune date nest mentionne, mais lon sait quil est encore lcole secondaire lors de laccession de son pays lindpendance, en 1956, quil suit des vnements politiques tels que la mort de Patrice Lumumba en 1961, la construction du haut-barrage dAssouan dans les annes 1960 et lalliance du gnral Ibrahim Abboud (au pouvoir entre 1958 et 1964) avec les Amricains avant son dpart et quil est de retour au Soudan lors de la chute du prsident soudanais Gaafar Nimeiri, en 1985. Ali se rend donc vraisemblablement Prague dans les annes 1960, probablement avant 1968, puisquil ne fait aucune allusion au printemps de Prague , un vnement difficile passer sous silence. La nouvelle comble ainsi un pan important, et pourtant trs peu abord, de lhistoire de lmigration temporaire dans le monde arabe et, plus largement, dans le Tiers-Monde : le parcours des tudiants arabes, africains et sud-amricains qui se rendaient en Union sovitique et dans les autres pays communistes pour accomplir leurs tudes. Il nest pas rare de rencontrer, en Syrie, au Soudan, au Ymen ou ailleurs des ingnieurs et des mdecins qui parlent le russe, le tchque ou dautres langues slaves (mais aussi le roumain), ayant obtenu dans leur jeune temps une bourse pour tudier dans une universit dun pays communiste. Cette politique ducative visant former ses lites en URSS et dans les autres pays de lEst tait particulirement dveloppe dans les pays ayant ouvertement adopt le socialisme comme systme politique partir des annes 1960, au lendemain de la vague des indpendances la Syrie ds les annes 1960 et la rpublique populaire du Ymen en 1970 pour les pays arabes, la Tanzanie de Julius Nyerere partir de 1967 et lAngola du MPLA en 1975 pour lAfrique...
10 Nizar Dandash, Yawmiyyt Msk al-khadr (Souvenirs de Moscou la verte), Al-dr al-arabiyya li-l (...)
11Plusieurs auteurs arabes ont eu loccasion dtudier dans les pays de lEst, Moscou comme lIrakien Ghaib Tuma Firman et le Libyen Ibrahim Al-Kuni qui a tudi la littrature lInstitut Maxime Gorki , en Pologne comme le Soudanais Rauf Musad, en Tchcoslovaquie comme Shawgi Badri, mais aussi en Bulgarie et ailleurs. Certains se sont dailleurs inspirs de leurs sjours estudiantins pour rdiger une partie de leur uvre, comme par exemple le Libanais Nizar Dandash10.
11 Pour le cas particulier des tudiants africains en Tchcoslovaquie et de la participation tchcosl (...)
12Le soutien offert aux pays arabes et africains, qui entrait dans un volet de politique internationale thoris par le Parti communiste sovitique de 1960, dans sa dclaration de Moscou, ne se limitait toutefois pas laccueil dtudiants venus du Tiers-Monde : des ingnieurs, des enseignants, des mdecins et dautres spcialistes russes, tchques, polonais et autres furent galement envoys sur place, de la Somalie la Guine en passant par lÉgypte et lÉthiopie. Le cas du Soudan est particulier, puisque les tudiants candidats au dpart qui sont dcrits dans la nouvelle de Shawgi Badri ne bnficiaient pas de bourses du gouvernement, mais taient choisis par le Parti communiste soudanais, qui tait trs populaire lpoque11.
13Pour en revenir Ali, son parcours est donc trs diffrent de celui des personnages dautres romans soudanais abordant le thme de lmigration : le narrateur idalise le monde extrieur, certes, mais contre-courant de ses compatriotes. Alors que ces derniers imaginent trouver une vie meilleure Londres, Paris ou Amsterdam, lui est persuad que lherbe est plus verte en Union sovitique.
12 Al-Malik A., Op. cit., p. 152.
14Par ailleurs, alors que le hros de la nouvelle Un garon de lextrme sud dAhmad Al-Malik12 fut forc de quitter son pays et de se rendre aux Pays-Bas pour des raisons politiques, Ali choisit au contraire de quitter sa patrie pour ces mmes raisons : ce nest pas son opposition au gouvernement en place qui le pousse partir, mais lidalisation dun systme politique.
13 Badri Sh., Al-siys , Op. cit., p. 112.
15Pour en revenir au voyage dAli en Tchcoslovaquie, il sagit en ralit dun choix du Parti (il faut comprendre le Parti communiste soudanais) car Ali aurait prfr se rendre Moscou, capitale de la vraie patrie du communisme, et non Prague ou dans une autre ville juge secondaire 13.
Le racisme
16Mais Ali est vite du par la ralit quil dcouvre : tout dabord, il est rapidement confront tantt lindiffrence, tantt au racisme, loin des rapports humanistes et fraternels dcrits dans la littrature officielle : ds laroport, les gens semblent se moquer de lui et des autres tudiants africains. Quelques jours plus tard, il se fait tabasser par un groupe de jeunes Tchques avec qui il veut discuter de politique. Mais lvnement dcisif sera le refus de le laisser entrer, lui et dautres collgues africains, dans une discothque praguoise :
14 Ibid., p. 115.
Lors dune runion avec le prsident de lorganisation culturelle Prague, dans son imposant bureau des studios Brandov, les Africains demandrent pourquoi ils navaient pas le droit daller au dancing La lanterne ou mme dans les autres dancings. Le responsable et membre du Parti rpondit que ctait parce que quelques tudiants congolais y avaient caus des problmes. Alors Ali lui demanda pourquoi ils navaient pas interdit lentre aux tudiants congolais uniquement. Le responsable culturel rpondit que le Congo tait grand, il y avait l-bas le Nigeria, le Ghana, lAfrique et bien dautres tats encore, ils ne pouvaient donc pas faire le tri entre tous ces Congolais 14.
17La dnonciation du racisme dans cette nouvelle de Badri est intressante plusieurs gards. Dune part, le racisme est souvent associ dans la littrature arabe lexprience quen ont des immigrs arabes en Europe occidentale ou aux États-Unis. Ici, le hros est confront au racisme dans un monde o, prcisment, il ne devrait pas en avoir, tant donn le systme politique galitaire cens y tre en vigueur. Nous verrons dailleurs plus loin que dans un premier temps, le hros niera ou minimisera le phnomne.
15 Ibid.. p. 113.
16 Ibid., p. 116.
17 Muhammad Ibrhm J., Nuqtat al-talsh [Le point dvanescence], Dr al-sq, Beyrouth, 2007, 143 (...)
18Mais lauteur va plus loin, puisquil dnonce aussi le racisme dont sont victimes les Soudanais de la part des autres Arabes, qui semblent les considrer comme des Africains et non comme Arabes au mme titre queux-mmes, Égyptiens, Syriens ou Palestiniens. Rappelons que le Soudan est un pays multiculturel dans lequel se ctoient des populations africaines et arabes, musulmanes, animistes et chrtiennes, mais que la composante arabo-musulmane, prsente depuis des sicles dans le nord du pays, y domine largement lespace culturel et politique. Le premier pisode se droule au Caire : pour se rendre Prague, Ali doit y passer pour y obtenir son visa et acheter son billet davion. Durant son sjour dans la capitale gyptienne, il va faire la connaissance dun groupe de Palestiniens. Le conflit isralo-palestinien occupe une place fondamentale dans la conscience politique arabe contemporaine, au point dclipser souvent bien dautres causes dignes dintrt dans cette partie du monde, ce dont se moque gentiment lauteur travers la fascination dAli pour ses collgues palestiniens. En effet, il dcide dorganiser une fte en leur honneur, fier de pouvoir rencontrer des combattants de la cause palestinienne en chair et en os, et se coupe en quatre pour eux. Alors quil part prparer le th dans la cuisine, il surprend la conversation de deux dentre eux, dont lun dit : Cest quoi cette mascarade ? Quest-ce que ces ngres ont voir avec la Cause ? Ils mont vraiment donn mal de tte ! 15 Survient alors une descente de police, durant laquelle Ali semble recevoir plus de coups que les autres. Apparemment, le hros fait lamre exprience du racisme dans le monde arabe en raison de la couleur de sa peau, la fois travers les paroles des tudiants palestiniens et les coups des policiers gyptiens Lpisode se reproduira ensuite en Tchquie, luniversit de Prague : Les relations avec les tudiants arabes ntaient pas trs bonnes, et de nombreux Soudanais furent tonns de dcouvrir que certains tudiants arabes ne les considraient pas du tout comme des frres. 16 La question de ce dsquilibre entre lidentit arabe des Soudanais telle quelle est ressentie par eux-mmes et la perception quen ont les autres Arabes, qui les considrent comme des Africains, a t aborde par dautres auteurs, notamment Jaml Muhammad Ibrhm dans son roman Nuqtat al-talsh (Le Temps de consomption)17.
19Finalement, lauteur dmontre habilement que le racisme est hlas une donne universelle, prsente en Europe occidentale, mais aussi en Europe centrale et dans le monde arabe !
Les rpubliques socialistes, un monde parfait
18 Badri Sh., Al-siys , Op. cit., p. 111.
19 Ibid., p. 114.
20 Idem.
20Les pays socialistes sont idaliss par le pauvre Ali, persuad avant dentreprendre son voyage quen Union sovitique, mme la loterie il ny a jamais de perdant, quiconque achte un billet gagne quelque chose 18. Un tel idalisme le poussera nier, minimiser ou excuser dans un premier temps les incidents plus ou moins graves qui ternissent sa confrontation avec la ralit, ds son arrive laroport de Prague. Ainsi, lorsquil est confront aux premires manifestations du racisme dans la capitale tchque, il soutient quil ny a pas de discrimination raciale dans les tats socialistes, parce que ce phnomne existe uniquement dans le systme capitaliste, en raison de lexploitation 19. Il lui faudra vivre lui-mme plusieurs expriences malheureuses pour accepter les arguments de ses amis qui considrent que le racisme na pas uniquement un aspect conomique, il y a aussi le background culturel, psychologique 20
21 Idem.
22 Idem.
21Paralllement, les gens qui naissent et vivent dans les pays socialistes ne partagent pas forcment le mme enthousiasme que ceux qui, comme Ali, ont fait le choix dy vivre, do la rflexion des jeunes Tchques aux longs cheveux qui tabassent le hros lorsquil tente de parler politique avec eux : Na-t-on pas assez faire avec nos communistes, pour que maintenant on voie mme arriver des communistes noirs ? 21 Il est reu de la mme manire par un groupe dtudiants vietnamiens qui il parle avec enthousiasme de la dfaite franaise, du gnral Giap, du prsident Ho Chi Min et de la solidarit internationale 22
23 Idem.
22Mais Ali sera confront encore bien dautres dconvenues : sa dcouverte de la corruption tous les chelons, notamment pour obtenir son diplme universitaire (ce qui lui causera de srieux problmes avec ses professeurs, qui napprcient gure sa franchise), le matrialisme du citoyen lambda et aussi les inimitis entre Tchques et Russes ( les Tchques dtestent plus les Russes qui les ont pourtant librs que les Allemands qui les ont occups , observe-t-il23), loin de sa propre vision nave de lamiti entre les peuples et de la solidarit internationale.
24 Khayan J. & N., Rue du proltaire rouge, Le seuil, Paris, 1978, 221 p.
23En ce sens, lexprience du narrateur rejoint en de nombreux points les tmoignages dOccidentaux ayant fait, eux aussi, le voyage de lautre ct du rideau de fer, pensons notamment au livre-tmoignage de Jean et Nina Khayan, Rue du proltaire rouge24 : pleins denthousiasme avant le dpart, la ralit laquelle ils sont rapidement confronts en Union sovitique les pousse, aprs une priode de ngation de la ralit, revoir entirement leurs positions, au point dtre rejets par leurs compagnons leur retour en France
LEurope centrale dans les autres nouvelles de Badri
25 Badri Sh., Al-siys , Op. cit., pp. 16-21.
26 Ibid., p. 19.
24Comme nous lavons prcis au dbut de cet article, luvre de Badri est profondment ancre dans le paysage dOmdourman la toute premire phrase du Politicien prcise dailleurs que Ali le politicien est n et a grandi Omdourman . Nanmoins, quelques-unes des nouvelles du recueil prcit se droulent en Sude, lieu de rsidence de lauteur. Lune dentre elles, Al-shart (La Bande)25, met en scne deux anciens collgues de travail qui se revoient dans un bar aprs stre perdus de vue. Lun dentre eux est simplement nomm lAfricain (sans que lon sache ni son nom, ni son pays dorigine), tandis que lautre sappelle Zadravko, dont on apprend rapidement quil est Yougoslave, plus prcisment Serbe, mari une Montngrine. Bien que la nouvelle se termine par une dispute entre les deux hommes, en prsence de leurs compagnes respectives, leur amiti fut manifestement solide dans le pass : ils se sont connus vingt ans plus tt, mais en plus lAfricain parle le serbo-croate26, dtail peu anodin !
25Badri insiste sur la forte prsence des immigrs originaires des Balkans, prcisant ceci :
27 Idem.
Les Yougoslaves ont toujours constitu la plus grande [communaut immigre en Sude]. Ils ont tellement influenc la vie quotidienne Malmö que certains chauffeurs de taxi profrent leurs insultes en serbo-croate, parce que le sudois ne fait pas vraiment laffaire lorsquil sagit de profrer des injures.27
28 Ibid., p. 17.
29 Idem.
30 Al-Malik A., al-hubb wa-l-vdk [LAmour et la Vodka], in : Nra dht al-dafir [Nora aux che (...)
26Plus loin, il sattarde galement sur la communaut tzigane originaire dEurope orientale et sur ses difficults dintgration28. Mais, dans cette nouvelle, lauteur passe aussi en revue les autres communauts trangres que la Sude a accueillies travers son Histoire, y compris les Finlandais, les Grecs, les Italiens ou mme les Amricains opposs la guerre du Vietnam ds les annes 196029. Ainsi, lidentit slave de Zadravko na pas dimportance en soi, le personnage nest en ralit quun reprsentant parmi dautres de la multiculturalit des villes europennes daujourdhui, qui peut tre slave, mais aussi africaine comme le second protagoniste de la nouvelle. On retrouve cette faon de souligner ce brassage culturel chez dautres auteurs soudanais installs en Europe, comme Ahmad Al-Malik dans sa nouvelle Al-hubb wa-l-vudk (LAmour et la Vodka), mais aussi, plus largement, chez dautres auteurs arabophones comme lIrakien Samul Shimn dans son roman Irq f Brs (Un Irakien Paris) ou le Marocain Abdelmounem Chentouf dans sa nouvelle Taraf al-yawm al-akhr (LExtrmit du dernier jour)30, lorsquils crivent propos de villes comme Amsterdam, Paris ou Bruxelles. Tous mettent en scne, dessein, des personnages venus des quatre coins du monde, quils soient Arabes, Africains, Asiatiques ou originaires dEurope orientale.
Le voyage dAli en Tchcoslovaquie : fiction ou ralit ?
31 URL : http ://sbadri.maktooblog.com/page/2/ (consult le 15/09/2010).
27Vraisemblablement, de nombreux lecteurs ont considr que cette nouvelle constituait un rcit largement autobiographique. Du coup, lauteur sen est dfendu en 2007 dans un article intitul Les communistes qui mont arrt et chass de Tchcoslovaquie 31. On y dcouvre une srie de dtails de la vie de lauteur que lon peut mettre aisment en relation avec la nouvelle Le Politicien . Badri a effectivement tudi Prague, en compagnie dautres tudiants arabes et africains, entour de nombreux communistes soudanais. Il a rencontr des problmes avec ses professeurs, au point dtre finalement chass du pays. Il parle aussi dans cet article du matrialisme du citoyen tchque ordinaire de lpoque, de la discrimination envers les tudiants africains, et mme dune bagarre entre tudiants soudanais dans la discothque La lanterne de Prague, un vnement similaire celui mentionn dans Le Politicien . Par contre, lauteur insiste aussi sur le fait quil na jamais t membre du Parti communiste soudanais (mais il se positionne clairement en tant que socialiste), quil critique dailleurs trs svrement le Parti communiste soudanais, prcisant que les communistes soudanais refusaient toute critique du systme ou de la socit tchque (on pense bien sr aux ractions dAli dans les premiers temps de son sjour Prague) ou encore que de nombreux diplms [soudanais] de Tchcoslovaquie nauraient jamais russi leurs tudes en raison de leur faiblesse acadmique, sils navaient pas t membres du Parti communiste soudanais . Badri semble donc avoir ml dans cette nouvelle son propre vcu et celui de ses compatriotes parmi les tudiants de lpoque, quils soient ou non communistes.
Conclusion
32 Badri Sh., Al-siys , Op. cit., p. 116.
28À travers la lecture du Politicien , on en apprend finalement peu de choses sur la perception qua lauteur de la Tchcoslovaquie, o il a pourtant vcu plusieurs annes. En ralit, la dimension politique de la nouvelle occulte largement la dimension culturelle, Prague nest en dfinitive que le dcor ncessaire pour aborder le travail de remise en question dun militant communiste qui, aveugl par son enthousiasme, aura besoin dun peu de temps pour accepter la ralit. Ali se rend dans un pays communiste avant de se rendre dans un pays slave sil avait pu obtenir une bourse pour la Roumanie ou pour Cuba, il laurait sans doute accepte, et il aurait subi les mmes dconvenues. À cet gard, la joie dmesure que ressent Ali lorsquil rencontre pour la premire fois de sa vie un couple de Russes32 est particulirement significative : encore une fois, ce nest pas la culture russe qui lattire, il est tout simplement heureux denfin se retrouver face des reprsentants de la nation communiste par excellence, plutt que de simples camarades de pays satellites.
29Il nempche quen quelques pages, lauteur est parvenu aborder deux questions essentielles de manire originale : la question de lidalisme politique et de ses invitables dsillusions, et celle de lidentit rcurrente dans la littrature soudanaise.
Haut de page
Notes
1 Badri Sh., Al-mushbak[La Pince linge], Dr Al-Âlamiyya, Le Caire, 2003, 156 p.
2 Badri Sh., Hakw Umdurmn [Le Conteur dOmdourman], Dr Al-Âlamiyya, Le Caire, 2008, 269 p.
he End


#1345916 []
3.00/5 (1 )

09-28-2015 10:20 AM
. . . .

[]

[shawgi badri] 09-28-2015 01:11 PM
. . . . .... .


#1345864 [saeed]
0.00/5 (0 )

09-28-2015 08:38 AM


,

[saeed]

#1345852 []
5.00/5 (3 )

09-28-2015 08:26 AM
.

[]

[] 10-15-2015 08:37 PM

[shawgi badri] 09-28-2015 04:54 PM
.

[shawgi badri] 09-28-2015 04:53 PM
. . .

[ ] 09-28-2015 04:19 PM
" ".


.

[ ] 09-28-2015 12:59 PM
.
. .

[shawgi badri] 09-28-2015 10:17 AM
. . . . . . . . .

[] 09-28-2015 09:47 AM
()


#1345824 []
5.00/5 (1 )

09-28-2015 07:09 AM
... .
(......) ( ) .

[]

European Union [. ] 09-28-2015 09:14 PM
. . .

[] 09-28-2015 10:53 AM

[shawgi badri] 09-28-2015 10:32 AM
. . ,, ,, . . . . . . ... ,, ,, . .


#1345818 [ ]
5.00/5 (1 )

09-28-2015 06:41 AM

*******************************************************************


[ ]

#1345784 [wad- Alnuba]
5.00/5 (1 )

09-28-2015 02:12 AM
you are right the man was a womanizer.

[wad- Alnuba]








| | | | |


المقالات والتعليقات وكل الآراء المنشورة في صحيفة الراكوبة سواء كانت بأسماء حقيقية أو مستعارة لا تـمـثـل بالضرورة الرأي الرسمي لإدارة الموقع بل تـمـثـل وجهة نظر كاتبيها.

Powered by Dimofinf cms Version 3.0.0
Copyright© Dimensions Of Information Inc.
Copyright © 2017 www.alrakoba.net - All rights reserved